Dwerft

Le projet de recherche dwerft publie une
première version du modèle de connaissance «Ontologie des médias numériques»

Le projet de recherche dwerft publie une
première version du modèle de connaissance «Ontologie des médias numériques»

Communiqué de presse, 11 septembre 2019. Les recherches de dwerft portent sur la base de données intitulée «linked media data cloud» (LMDC), dans laquelle toutes les données sont reliées sémantiquement et qui est utilisable par l’ensemble des parties prenantes de manière individuelle et intuitive. Cette plate-forme technologique doit permettre à toutes les solutions logicielles employées dans le cinéma et la télévision de «prendre» et de «recevoir» de façon transparente, au lieu de nécessiter des connexions distinctes pour les différentes solutions.

Le flot d’informations est l’un des grands défis auxquels sont confrontés aujourd’hui les utilisateurs, particuliers comme professionnels. Trouver des contenus pertinents dans l’offre de télévision linéaire et sur les portails de vidéo à la demande requiert ainsi de disposer de descriptions détaillées et de grande qualité, appelées «métadonnées». Ces dernières sont utilisées aussi bien par les moteurs de recherche que par les systèmes de recommandation des médiathèques et des portails de vidéo à la demande tels que Netflix ou Amazon Prime, ou encore par les assistants vocaux comme Alexa. Et plus la requête de l’utilisateur est précise (contenu d’une scène en particulier dans une émission ou une vidéo, p. ex.), plus la situation est complexe du point de vue des métadonnées et des systèmes qui se basent sur celles-ci pour traiter les requêtes.

Comment représenter, au sein d’un modèle d’information, la signification de ce qui se passe au niveau d’une scène? Les modèles classiques de métadonnées ne sont pas conçus pour rendre compte du degré de complexité correspondant au contenu d’une scène, mais les modèles de connaissances issus des technologies sémantiques (ontologies) en sont, eux, capables.

En s’appuyant sur une collaboration interdisciplinaire, le projet dwerft a finalisé et publié une première version de l’ontologie des médias numériques (en anglais «digital media ontology», dmo). Il s’agit de la pièce maîtresse de la plate-forme technologique développée et du premier modèle de connaissances représentant l’ensemble de la chaîne de création de valeur des médias, de l’idée initiale jusqu’aux archives, en passant par la production. La structure à granularité fine de ce modèle rend possibles non seulement des recherches précises allant jusqu’au contenu des scènes, mais aussi une interopérabilité maximale avec les autres ontologies existantes au niveau des éléments.

L’ontologie des médias numériques peut être le point de départ d’une mise en réseau avec traduction permettant la compréhension et l’intégration d’un grand nombre de fournisseurs de technologie de production et de distribution œuvrant dans le secteur du cinéma. L’alliance de recherche dwerft souhaite interagir avec ces fournisseurs et les impliquer dans la phase de test afin d’améliorer considérablement l’exploitation des films au sein de la distribution multi plates-formes et de proposer aux chaînes et aux producteurs l’interopérabilité et l’indépendance en matière d’interfaces.

L’ontologie a été publiée sur https://digitalmediaontology.org

Objectifs du projet

Les recherches de dwerft portent sur la base de données intitulée «linked media data cloud» (LMDC), dans laquelle toutes les données sont reliées sémantiquement et qui est utilisable par l’ensemble des parties prenantes de manière individuelle et intuitive. Cette plate-forme technologique doit permettre à toutes les solutions logicielles employées dans le cinéma et la télévision de «prendre» et de «recevoir» de façon transparente, au lieu de nécessiter des connexions distinctes pour les différentes solutions. Elle donne la possibilité de mettre en réseau de manière dynamique les outils d’application issus de tous les domaines de la chaîne de création de valeur. Grâce à l’enregistrement sans perte et à l’interconnexion intelligente des métadonnées au sein d’une base de données sémantique, il sera possible de s’adapter de manière modulaire à la dynamique du marché.

Ces avancées profitent non seulement aux rédacteurs, capables de trouver des contenus adaptés beaucoup plus facilement et à plus grande échelle, mais aussi aux utilisateurs. Les médiathèques peuvent ainsi exploiter la solution développée pour se doter de nouvelles options de recherche fondées sur les informations collectées automatiquement, concernant par exemple les lieux de tournage ou la musique de fond. Le travail est facilité également au sein même de la chaîne de création de valeur, puisque la transmission des métadonnées n’est plus effectuée manuellement, mais de manière automatisée.

«Nous sommes très heureux de faire progresser, avec les partenaires associés, l’échange d’expériences sur notre travail de recherche. Cela représente en outre, pour notre projet, une belle occasion d’avoir une vision globale des différentes solutions envisagées, de les considérer selon l’approche en réseau et de les tester dans la pratique», explique Mark Gülbahar, responsable technique et scientifique de dwerft et chef de projet à l’Institut für Rundfunktechnik (Institut pour la technique radio).

Présentation des partenaires associés au projet

Bayerischer Rundfunk
Organisme régional de radiodiffusion du Land de Bavière, Bayerischer Rundfunk (BR) est membre de l’Arbeitsgemeinschaft der öffentlich-rechtlichen Rundfunkanstalten Deutschlands (ARD; en français: Communauté de travail des établissements de radiodiffusion de droit public d’Allemagne). Par sa collaboration à ce projet de recherche, BR entend recueillir des expériences dans le traitement de ses objets de gestion et leur stockage de masse fondé sur l’ontologie, afin d’optimiser les processus de production distribués.

Filmuniversität Babelsberg KONRAD WOLF
La Filmuniversität Babelsberg KONRAD WOLF est la plus ancienne école de cinéma d’Allemagne et compte aujourd’hui parmi les institutions les plus importantes et modernes du secteur en Europe. Habilitée à délivrer des doctorats, elle forme à tous les métiers du cinéma grâce à ses 22 filières d’étude. La technologie au cœur de dwerft doit y être testée et évaluée à l’aide de prototypes tant au sein du projet de recherche que dans le contexte des productions réalisées par les étudiants.

MMI munich media intelligence GmbH
MMI est une société de développement de logiciels spécialisée dans le secteur des médias. L’entreprise a mis au point le cadre d’intégration de logiciels RedNet, un système de workflow léger englobant un grand nombre d’activités spécifiques aux médias, des plus simples comme le transcodage jusqu’aux connecteurs complexes pour des systèmes tels qu’Interplay MAM, What’s On ou SAP. Au sein du projet dwerft, MMI joue le rôle essentiel d’interface avec Bayerischer Rundfunk et garantit ainsi une collaboration étroite entre les partenaires.

PreProducer Software UG
Bien établi sur le marché, le logiciel mis au point par PreProducer pour la planification des productions cinématographiques et télévisuelles couvre quasiment tout le processus organisationnel requis pour la création d’un film. En s’associant au projet dwerft, PreProducer souhaite permettre à ses clients d’utiliser leurs données de manière cohérente et sans perte au-delà des limites de leur propre produit, de relier ces données entre elles et de produire des workflows numériques harmonieux.

Société suisse de radiodiffusion et télévision SRG SSR
La SSR est une association sise à Berne représentant la plus grande entreprise de médias électroniques de Suisse. L’offre de la SSR est conçue pour répondre aux besoins divers du public suisse, multiculturel et multilingue. Pour l’entreprise, le partenariat associé dans le projet dwerft est un bon moyen de partager des expériences concrètes et d’intégrer les connaissances conceptuelles de tous les partenaires dans les résultats de ce projet de recherche.

SWISS TXT SA
SWISS TXT est un fournisseur réputé pour les médias numériques, le streaming vidéo et les services d’accès. En tant que filiale et centre de compétence multimédia de la SSR, SWISS TXT accompagne depuis 1983 la Suisse sur la voie du futur numérique et mobile. La technologie au cœur de dwerft ouvre précisément ce type de perspectives et est à même d’accroître considérablement l’efficacité des processus de production.


A propos de dwerft
L’alliance de recherche dwerft – linked metadata for media est constituée de six partenaires: Deutsches Rundfunkarchiv (DRA), filmwerte GmbH, Institut für Rundfunktechnik (IRT), Interlake Media GmbH, Rotor Film Frühmorgen & Lehmann OHG et transfermedia production services GmbH. Le projet dwerft a été lancé en octobre 2018 et se terminera en septembre 2021. Il est soutenu par le Ministère allemand de l’éducation et de la recherche dans le cadre du programme sur les pôles de croissance régionaux innovants («Innovative regionale Wachstumskerne»).


Pour de plus amples informations: www.dwerft.de/

 

Contact scientifique:
Claudia Wolf
Pilotage du projet dwerft
c/o transfermedia production services GmbH
T +49 331 / 721 21 83
Mail: c.wolf@transfermedia.de

Contact presse:
Thomas Schierbaum
Relations publiques
c/o Institut für Rundfunktechnik
T +49 89 / 323 99 204
Mail: presse@irt.de

SWISS TXT
Newsletter

S'inscrire

Ne manquez aucune news du monde digital.